Notre historique

Depuis trois générations,
la famille Zbinden favorise l'accueil

Ernest, Fernand, Berthe, Raymond et Jacques Zbinden

Ernest, Fernand, Berthe, Raymond et Jacques Zbinden.

Tout a donc commencé avec Ernest Zbinden, le grand-père. Un homme connu pour son caractère jovial et agréable. Le jeune Ernest travaille dur pour se faire connaître. Lorsqu'il ouvre son magasin, sa collection consiste en un simple plateau sur lequel elle tient tout entière! Il sillonne le pays au volant de sa vieille voiture pour trouver des marques horlogères dignes d’être représentées et pour proposer ses produits. Dans certains cols, le véhicule peine tant qu’Ernest Zbinden doit même monter… en marche arrière. Aux beaux jours, on le voit enfourcher son side-car, en compagnie de son épouse, pour apporter des pièces réparées ou battre la campagne à la recherche de clients éventuels. La tactique porte très vite ses fruits. La bijouterie Zbinden établit sa réputation et devient renommée pour son orfèvrerie et son argenterie. Prospères en affaires et en famille, Ernest et sa femme donnent jour à trois fils. L'enseigne du magasin change : d'«Ernest Zbinden», on passe à «Ernest Zbinden & fils» puis enfin à la raison sociale «les fils d’Ernest Zbinden».

En ce temps-là, la boutique se trouve dans un bel immeuble au 3, rue de Coutance. La façade, ornée d'un balcon soutenu par deux lions de pierre avec une vue imprenable sur le Rhône a un cachet fou. Hélas, elle sera détruite. En 1968, puis en 1972, les fils prennent la relève. Chacun avec un magasin. Les oncles de Jean-Jacques Zbinden se trouve l'un au 3, rue de Coutance dans le magasin initial, l'autre rue du Mont-Blanc. Le père de Jean-Jacques Zbinden, s'installe au 4, rue de Coutance, en face du magasin paternel. A la mort de son père, Jean-Jacques Zbinden reprend au pied levé l'affaire familiale. Avec l'enthousiasme qui caractérise la famille Zbinden, il décide de porter l'entreprise vers des destinées plus prestigieuses encore. Mais une petite révolution se prépare dans l’entreprise Zbinden. Et comme souvent, elle est le fait d'une femme : Michelle Zbinden. L'épouse de Jean-Jacques est en effet gemmologue. Diplômée du premier Institut américain de gemmologie, la jeune femme va apporter l'amour des bijoux. Grâce à elle, le secteur de la bijouterie va se développer chez Zbinden.

Photographiée en 1936 et 1943, l'épopée des Zbinden passe par la rue de Coutance.

Photographiée en 1936 et 1943, l'épopée des Zbinden passe par la rue de Coutance.

Les armoiries de la famille Zbinden.

En regardant aujourd'hui le chemin parcouru, à quoi peut bien penser Jean-Jacques Zbinden? A son grand-père et sa grand-mère sur le side-car? Au premier magasin d'où tout est parti? Peut-être tout simplement aux armoiries de la famille représentant une gerbe de blé liée. Un beau symbole pour une maison qui a toujours su être à l'écoute des autres et qui a su flatter leur goût de l'esthétique.

Les armoiries
de la famille Zbinden.